Aujourd'hui, je suis fiévreux, et je me sentais bien un article de la mort !
Une fois ceci fait, je pourrais me laisser porter par les nuées opaques de la fatigue...

Si vous n'avez jamais attrapé un rhume qui n'en finissait pas,
Et que pour vous éthernuée s'agit d'un anesthésique,
Comment pourriez-vous comprendre ce que je ressens ?
Obnubilé par mes côtes douloureuses et mon nez à vif,
Usé par les multiples mouchoirs jetables que je lui administre, et
Rongé de ne pas l'avoir hydraté sérieusement, je souffre.
Si vous voyez de quoi je parle, vous avez le droit de continuer.

J'aurais bien voulu vous créditer d'un article qui méritait son titre aujourd'hui,
Et croyez bien que je regrette de n'être pas en mesure de vous satisfaire.

Surtout que sans vous, fidèles lecteurs, ou pas, de ce blog,
Une dizaine de jours ne serait pas passée aussi vite.
Il faut rendre à César ce qui lui revient, c'est certain, mais
Sans compter mon temps, je tâche quotidiennement de vous divertir.

Mais vous devenez bien entreprenants je trouve,
Alors que je vous ai déjà dit que je ne pouvais rien pour vous.
Le prochain article sera bien meilleur, je vous le garantis,
A moins que vous mettiez en doute ce que je vous ai promis ?
Demain vous aurez droit à quelque chose de plus fouillé,
Encore qu'un acrostiche, c'est déjà pas mal joué !
Retour à l'accueil