La profondeur de ce modèle d'écran de plus en plus rare dépasse de loin ses dimensions. C'est ce que j'ai découvert cet après-midi. Ces petits canons à électrons vibrent constamment au rythme de la foi qui les anime. Une foi chrétienne, bien de chez nous. D'ailleurs, la plupart de ces écrans sont blancs. Hasard ? J'en doute !

Alors, bien évidemment, les écrans ne vont pas à l'église. Enfin pas tant que vous ne les y amenez pas, et si vous le faites, vous êtes bizarre. Mais savez-vous comment fonctionne ce type d'écran ? En se signant, plusieurs fois par seconde. Droite, gauche, vers le bas, puis en haut, le tout à une vitesse telle qu'on ne le voit pas bouger. Ce qu'on voit : le miracle de la technologie, l'apparition de la sacro-sainte image animée !
D'ailleurs, n'avez-vous pas remarqué l'affaiblissement constant du nombre de chrétiens ? Autant que celui du nombre d'écrans cathodiques... Alors, coïncidence ? Je ne crois pas !

Jour après jour, ces monstres de labeur travaillent pour nous, toute la journée, endurant toutes sortes d'images répugnantes que vous leur faites afficher, endurant une fébrilité allant croissant avec la permanence de leur utilisation, sans le moindre répis. Des martyrs je vous dis ! Une vie de souffrance pour terminer sa vie où ça ? Dans un pays sous-développé et d'une autre confession, où on les écartèlera, éventrera, dépècera sans le moindre scrupule. L'enfer sur Terre, avant de s'élever en une fumée jaunâtre d'incinérateur vers des cieux plus cléments. L'humilité totale, le paradis assuré, la sainteté à portée de cordon d'alimentation. Et quand on demande à un chrétien pourquoi Dieu serait un vieux barbu, on nous répond "c'est une image". L'image, le propre de l'écran. Correspondance fortuite ? Que nenni !

Si j'avais su que mon écran me servait docilement tout en rêvant de sa place au paradis, je lui aurait fait afficher plus de films pornos.
Retour à l'accueil