Hypothèses de départ :
  1. Ouvrir un parapluie à l'intérieur porte malheur.
  2. Un parapluie est un parasol étanche.
  3. Un parapluie comporte des baleines, tiges de métal qui forment son armature.
  4. La baleine est un cétacé qui se nourrit de plancton.
  5. On peut lobotomiser quelqu'un avec une simple tige de métal

Problèmes induits :
  1. Peut-on lobotomiser quelqu'un avec un parapluie ?
  2. Faut-il nourrir son parapluie avec du plancton ?
  3. Ouvrir un parasol à l'intérieur porte-t-il malheur ?
  4. Que se passe-t-il  si on ferme un parapluie à l'extérieur ?

Démonstrations :
  1. La meilleure technique pour lobotomiser quelqu'un avec une tige de métal, c'est de passer par l'oeil. En se débrouillant bien, on peut même envisager de laisser l'oeil à sa place. Le problème du parapluie, c'est que d'un côté le mât est trop large, et de l'autre les baleine sont articulées et pleines de tissu. Nous avons mené quelques tests sur des enfants, car leur chair est plus tendre et se prète particulièrement bien à ce genre d'expériences. Première remarque, un enfant, ça crie beaucoup, surtout quand on tente de lui enfoncer quelque chose dans l'oeil. Et ça ne marche pas seulement avec un parapluie, nous avons rencontré le même résultat avec un simple doigt ! Ca se débat aussi, mais ça n'a pas beaucoup de force, heureusement. Encore un avantage de l'expérimentation infantile. Bref. Seconde remarque, un mât de parapluie cause trop de dégats au cerveau et aux yeux pour que le sujet soit en état de manifester quelconque signe de lobotomie. Ne reste plus que les baleines pour faire le test. Le problème des baleines, c'est qu'elles sont bien trop lourdes et grandes pour être maniable en tant qu'outil chirurgical. Nous avons donc abandonné l'expérience après cinquante trois cas d'écrasement total ou partiel de la boîte crânienne suite à la rencontre fortuite de celle-ci avec le dit cétacé.
  2. Nos études montrent qu'un parapluie ne se porte pas plus mal lorsqu'il n'est pas nourri de plancton. De plus nous avons pu observer de nombreux cas d'anorexie parapluviale qui tendent à prouver que l'étrange objet ne trouve que peu d'intérêt dans l'ingestion de nourriture. Tant mieux, il m'en restera plus de plancton pour moi, et puis au moins je suis sûr que ce n'était pas mon parapluie qui venait manger dans la gamelle de mon chat quand il n'est pas là.
  3. Une équipe de scientifiques américains a dénoté une prédominance des blessures légères et des éraflements de la cornée parmi le groupe de personnes ayant pour mot d'ordre d'ouvrir quotidiennement un parapluie à leur domicile. Le groupe témoin n'a pas souffert. Toutefois, deux d'entre eux ont demandé à être euthanasiés par lassitude. Les tests ont également autorisé la mise en évidence d'une prédominance génétique à se prendre une baleine de parapluie dans l'oeil. Les bases étant posées, les tests sur les parasols ont pu être menés à bien, et les résultats ne se firent pas attendre. Quatre-vingt quinze pourcent des utilisateurs de parasols en intérieur ont témoigné d'un assombrissement systématique de la pièce lorsque l'ouverture était effectuée près d'une fenêtre. Mais aucune autre conséquence n'a pu être décelée, ce qui tend à prouver que le parasol n'a aucun pouvoir. Vous pouvez donc les utiliser à loisir sans précaution particulière, en évitant cependant de les ouvrir en extérieur, à cause du vent.
  4. Nos observations ont démontré que la fermeture d'un parapluie en extérieur était sans aucun doute la pire des malédictions de notre époque. En effet, la presque  totalité des personnes ayant été aperçues avec un parapluie fermé à la main boitaient, parfois même très lourdement. Il est à noter que l'utilisation de l'objet était alors faite à l'envers de la normale, la tête pointée vers le bas. Certains de ces parapluie n'avaient par ailleur ni tissu ni baleine, ce qui tendrait à prouver que leur état n'a aucun impact sur leur pouvoir, puisque leurs propriétaires boitaient tout autant que les autres.

Conclusions :

Les parapluies doivent être manipulés avec une très grande précaution. Leur dangerosité en  position ouverte à l'intérieur est prouvée, de même que leur pouvoir néfaste en position fermée à l'extérieur. Il est difficile de déterminer le seuil au delà duquel vous devez impérativement ouvrir votre parapluie lorsque vous sortez avec. Les pas de la porte nous a semblé un bon compromis.
S'il vous arrivait de faire face à un parapluie fermé en extérieur, nous vous conseillons de construire une cabane de jardin autour, afin qu'il se retrouve à l'intérieur. Ensuite, saisissez-le, tirez-le lentement vers l'extérieur et une fois sur le pas de la cabane, ouvrez-le. Ensuite, vous pourrez le ramener en toute sécurité chez vous.
De même, s'il vous arrivait de rencontrer un parapluie ouvert chez vous, souvenez-vous que toute bâtisse n'est que temporaire, et qu'il vaut peut-être mieux abattre un mur ou deux que faire prendre des risques à tout votre entourage. De plus, une fois le parapluie en extérieur, rien ne vous empêche de l'éloigner pour reconstruire vos murs derrière.
La preuve est donc faite que les parapluies sont une véritable menace pour l'homme moderne, dans toutes les situations, mais la question reste entière : les parapluies veulent-ils nous lobotomiser ?
Retour à l'accueil