Hypothèses de départ :

  • Allumer trois bougies avec la même allumette porte malheur.
  • Allumer une bougie noire exorcise le mauvais oeil et bannit les influences négatives et néfastes.
  • Les briquets remplacent aisément les allumettes,de même que les lance-flammes.
  • Souffler sur une bougie pour l'éteindre chasse les esprits protecteurs qui se sont rassemblés autour.

Problèmes induits :

  1. Allumer trois bougies noires avec la même allumette porte-t-il aussi malheur ?
  2. Allumer quatre bougies avec le même briquet pose-t-il problème également ? Et avec un lance-flammes ?
  3. Est-il risqué d'allumer trois bougies et de les éteindre en souflant dessus dans le même ordre ?
  4. Si un souffle anal éteint une bougie, chasse-t-il aussi les bons esprits ?

Démonstrations :

  1. Pour commencer, nous avons voulu nous assurer que les bougies noires exorcisaient vraiment les mauvais yeux. Pour l'expérimentation, nous avons placé l'oeil d'un myope sur la flamme d'une bougie. Le résultat est sans appel, la bougie chasse bien quelque chose. L'oeil se ratatine dans son orbite, et le myope crie, signe évident d'une manifestation démoniaque d'un mauvais esprit aux desseins contrariés. Le problème qui se pose par la suite est que l'oeil passe alors de mal voyant à totalement non voyant, et le gain n'est finalement pas très évident à expliquer à la victime au cobaye au volontaire. Toutefois, maintenant que la preuve est apportée que les bougies noires ont un effet sur les mauvais yeux, il est nécessaire de renouveler la vérification lorsque les bougies sont trois et qu'elles ont été allumées avec la même allumette. L'expérience a donc été reproduite avec un autre patient bénévole. Et la stupéfiante vérité nous cria alors sa réalité. Trois bougies allumées avec la même allumette, même noires, sont vraiment dangereuses. Et leur organisation est effrayante ! Alors que la première se contente de chasser le mauvais oeil comme il se doit, la seconde enflamme les cheveux tandis que la troisième étouffe le futur défunt en envoyant sa flamme roussir ses poils nasaux. Le pouvoir des trois bougies surpasse donc, et de loin, celui des bougies noires.
  2. L'expérience a été réalisée par des cascadeurs professionnels et témoigne d'un état de fait des plus intéressant. En effet, peu importe le nombre de bougies allumées avec le même briquet, rien ne se passe, même si les bougies sont trois, ce qui est remarquable. Mais le plus intéressant des résultats provient plutôt de l'utilisation du lance-flammes. A l'inverse du briquet, il semblerait effectivement que quelque soit la quantité de bougies allumées avec un lance-flammes, le malheur s'insinue dans la pièce jusqu'à ce que quelque chose d'horrible se produise, en général un incendie d'après nos relevés. Mais encore plus surprenant, le lance-flammes semble porter malheur aux bougies elles-même, puisqu'aucune n'a été retrouvée à l'issue de tous les essais effectués. Donc, en cas de bougies réfractaires, nous vous conseillons d'évacuer les lieux et de faire intervenir un lance-flammeur professionnel. La brûlure purificatrice de son appareil bénit évacuera le mal par la manière forte aussi bien dans votre demeure que dans celles du voisinage si elles sont elles aussi infectées par le mal. Une découverte qui fera date, vraiment. N'hésitez pas à financer nos recherches et votre nom sera cité. Il vous remercie.
  3. Nos tests en laboratoire, car nous avons maintenant un laboratoire ainsi qu'une tour de bureaux d'expérimentation grâce à vos dons, nos tests ont donc montré que la dangerosité de trois bougies soufflées dépend vraisemblablement de la configuration de la pièce et des personnes qui s'y trouvent, ainsi que du délai laissé depuis l'allumage. En les éteignant immédiatement, il semblerait que l'infortune n'ait pas le temps de se rassembler dans la pièce. Par contre, en lui laissant un bon quart d'heure, on observe plusieurs phénomènes. Tout d'abord, si les bougies sont placées sur une table, souffler dessus peu provoquer de graves brûlures à la personne diamétralement opposée à la table, si la table est ronde. Plus généralement, on peut dire que c'est la personne en face qui prendra. L'évidence nous force donc à dire que souffler sur un trio de bougies allumées avec la même allumette pousse le mauvais sort à s'abattre dans la direction où on souffle, alors que la croyance populaire voudrait que ce soit plutôt les esprits protecteurs qui soient chassés par cette action, et que donc, ils s'en aillent protéger ailleurs. Et on constate effectivement que même si les bougies sont placées sur une étagère ou une table de nuit, les maléfices frapperont malgré tout, seules les manifestations de ceux-ci changeront. Et d'une manière étrangement proche de celle du lance-flammes vu précédemment, puisqu'un incendie s'en suivra rapidement. Evitez donc de souffler sur les trios de bougies, ou ceux-ci vous le feront regretter amèrement.
  4. La dernière expérimentation n'ayant pu être effectuée dans nos laboratoires pour des raisons d'hygiène nasale et de manque de moyens flatulents, il nous a fallu nous reposer sur les résultats d'une équipe de chercheurs américains qu'il ne semble pas nécessaire de mettre en doute. Nous nous félicitons par ailleurs de ne pas l'avoir testé nous mêmes, car l'imprévisible nocivité de cette expérience aurait pu nous coûter encore quelques membres de notre équipe. En effet, le souffle anal semble avoir un effet exactement opposé à un souffle buccal, et plutôt que d'éteindre les bougies en projetant les esprits malins en face de la source venteuse, le souffle anal laisse la bougie intacte mais agit comme un aspirateur à malédiction. Ainsi, les testeurs les plus zélés ayant produit les brises les plus énergiques ont tous explosé, sans exception, sans explication, et sans laisser de mot d'adieu. Leur mort n'est donc pas un suicide. Plus surprenant encore, les résultats des autopsies ont révélé que celle-ci était le fait d'une overdose de poisse explosive, appelée aussi la mégarde par les spécialistes de la pyrotechnie. Il semble donc que cette technique d'extinction des feux n'est non seulement pas efficace, mais également très dangereuse. Son seul bénéfice est d'attirer vers la victime tout le malheur, encore qu'elle le fait rapidement rejaillir sur l'entourage, par chagrin et par aspertion de matière organique.

Conclusions :

La plupart des manipulations de bougies ont conduit à de multiples malheurs et doivent donc être considérées comme dangereuses pour l'utilisateur lambda. Il semble donc évident que les bougies, quelque soit leur nombre mais surtout lorsqu'elles sont trois, en veulent à l'humanité, probablement pour n'être pas capable de les laisser en paix en leur mettant le feu régulièrement. La rancune de celles-ci s'accumule alors autour d'elles sous la forme de mauvais esprits à mesure qu'elles se consument, pour mieux se répendre lorsqu'enfin le bourreau reviendra éteindre sa victime.
Le mieux à faire est donc de délaisser autant que possible l'usage des bougies, surtout celles qui sont allumées. La conservation de bougies éteintes ne semble pas poser le moindre problème, et dans ces conditions les bougies sont capables de cohabiter avec l'humain sans nécessairement lui vouloir du mal. Leurs seuls méfaits peuvent être de parfois sauter d'un placard pour vous tomber sur le coin se la figure, mais il est utile de rappeler que ces circonstances apparaissent majoritairement lorsque l'homme, plongé brusquement dans le noir, s'en va alors chercher dans son placard quelque chose à quoi mettre le feu pour s'éclairer. Les bougies le sentent et provoquent alors des accidents non mortels par simple et légitime défense.
Si par hasard vous veniez à croiser une bougie enflammée, ne mettez pas fin à son calvaire de manière irréfléchie en lui soufflant dessus. Pour elle, ce serait comme prendre une grosse bouffée d'air frais après avoir maché un chewing gum à la menthe forte pendant deux minutes, et elle risque de se venger en envoyant sa rancune un peu partout autour d'elle. Préférez l'éteindre en pinçant la mèche avec des doigts humides, les votres ou ceux de quelqu'un à qui vous aurez demandé la permission, et rien ne devrait vous arriver de trop grave. Une autre technique, encore meilleure, a été mise au point par nos scientifiques, et consiste à couvrir la bougie d'un récipient en métal effilé présentant un minimum d'hermétisme, contraignant la flamme à calmer sa joie pour de bon.
La preuve est donc faite que les bougies sont une menace pour la vie de tous les jours et vos meubles, et la question ne semble plus prêter à débat : oui, les bougies sont rancunières, à mort.
Retour à l'accueil