Si je retourne dans le passé pour publier ma musique préférée avant qu'elle n'ait été composée, est-ce que l'artiste qui l'a créée à l'origine produira de nouvelles chansons à la place de celles-ci ? Et sinon, est-ce que sa créativité sera complètement court-circuitée, au point qu'il ne sache rien faire d'autre que ce que d'autres décident pour lui ? Mais alors, notre monde a-t-il été envahi par les oeuvres du futur pour que les gens soient aussi passifs ?

Imaginons que je suis un fan incontesté d'un groupe qui n'existe plus. Je connais toute sa discographie par coeur, et je déplore de ne pouvoir jamais jouir de nouvelles créations des mes idoles. Alors, je décide de retourner dans le passé avec en tête toutes les chansons d'un groupe que j'adore, ou, si c'est possible, avec leurs oeuvres enregistrées. Et je remonte assez loin le temps pour qu'elles n'aient jamais pu être composées. Du coup, si je les fait publier, ou au moins écouter aux membres du groupe, que va-t-il se passer ? Dans mes rêves les plus fous, ils se mettaient à composer de nouvelles chansons dont je pourrais enfin profiter. Mais rien n'est moins sûr. Leurs compositions sont certainement des petites musiques qui leur trottaient dans la tête depuis longtemps, et en leur en fournissant l'enregistrement ou la partition apprise par coeur, je ne fais qu'apporter aux musiciens la preuve qu'ils ne sont pas les seuls à avoir les mêmes mélodies qui se baladent dans leur esprit. Du coup, je risque même de les décourager complètement de faire de la musique, puisque tout ce qu'ils imaginent a déjà été fait. Dans ce cas, non seulement je suis revenu dans le passé pour rien, mais en plus je fais disparaitre mon groupe préféré, ce qui est vraiment dommage. En plus, on risque de me demander des comptes lorsqu'il faudra que j'explique comment j'ai enregistré ces oeuvres ou que je les produise seul, en live, alors que même si je les connais par coeur, ça ne signifie pas que je puisse les jouer.

Sinon, l'autre possibilité, qui peut encourager mon groupe préféré et en même temps m'éviter pas mal d'ennuis, c'est que je donne les chansons au groupe lui-même. Je lui offre, de son point de vue, mais je leur rend, du mien. Du coup, ils peuvent jouer les chansons, les publier, et je suis peinard. Mais alors vont-ils en composer d'autres, ou seulement se reposer sur ce que je leur ai fourni ? Car si rien de nouveau n'est produit, alors j'ai facilité la vie de mon groupe favori, ce qui est sympa, mais je n'y ai pas gagné grand chose au final, hormis le fait de les avoir accompagné et de m'en être peut-être fait des amis, mais je n'avais pas besoin de me donner autant de mal pour arriver à ce résultat.

Dans l'hypothèse où le groupe composerait de nouvelles chansons, peu importe le cheminement, l'expérience deviendrait réellement intéressante. Ces nouvelles compositions sont-elles inédites, ou est-ce qu'elles sont ce que d'autres groupes auraient composé à leur place ? Je veux dire : la créativité à une époque donnée est-elle limitée par ce que peut fournir l'instant présent comme connaissances communes, ou peut-elle s'étendre à l'infini pour peu qu'on se donne la peine de la faire intervenir ?
Si la créativité est extensible, alors j'ai de la chance, car lorsque mon moi du passé, une fois arrivé dans le futur, reviendra dans le dit passé pour stimuler la créativité de son groupe qui n'a pas assez composé de chansons, il y aura encore d'autres chansons composées, et ainsi de suite jusqu'à l'infini, ou plus vraisemblablement jusqu'à ce que j'ai tellement de titres à écouter que je ne me lasse jamais et n'éprouve aucunement le besoin d'en avoir plus.
Par contre, si la créativité est limitée, alors à force je vais faire de mon groupe le seul groupe créatif de cette époque, et tous les autres artistes s'orienteront naturellement vers des métiers non créatifs, où leur sera dicté les tâches qu'ils devront effectuer.

Mais le fait que l'être humain soit capable d'innovation, couplé au fait que très peu de spécimens utilisent cette capacité, plaide-t-il en faveur d'une créativité limitée auto-régulée ? Lorsque déjà trop d'humains sont dans une voie artistique, il devient plus difficile d'être original, d'où découragement et orientation vers un travail ne nécessitant pas d'imagination. Est-ce ainsi que le monde fonctionne. A-t-on vraiment le choix finalement ? Est-on artiste parce qu'on a un degré d'inventivité suffisant par rapport à l'ambiance de notre époque, ou est-ce uniquement par choix, quelque soit l'environnement dans lequel on évolue ? Un élément de réponse serait le fait qu'on ne peut jamais tout connaître de ses contemporains ni de tous ces ancêtres qui nous ont précédé. Et que, parallèlement, ceux qui s'intéressent le plus aux oeuvres des artistes sont d'autres artistes. Il est donc peu probable qu'un lien de cause à effet puisse être trouvé entre créativité globale et créativité individuelle. Mais n'allons pas trop vite en besogne, rien n'est jamais certain, encore moins définitif...
Retour à l'accueil