C'est au moins autant incroyable qu'inattendu, mais notre cerveau n'est pas la seule partie de notre corps à prétendre à la spiritualité. Bien qu'il soit le centre de la pensée, du conscient et de l'inconscient, et de nombreuses autres considérations philosophiques autant que psychologiques, et même s'il est le seul dont on puisse ressentir l'élévation puisqu'il est notre seul véhicule dans ce monde irréel, d'autres de nos amas organiques peuvent prétendre y voyager également. Bien entendu, nous ne le savons pas, et nous ne pouvons nous en rendre compte. Quoi que.

Le bout de nos doigts est doté d'un grand nombre de terminaisons nerveuses, et pas seulement lorsqu'il termine une main. Cette dernière, jouant de concert avec le cerveau tout au long de la journée, profite de toute sa créativité pour fabriquer, manipuler, et s'évader de sa peu enviable condition d'outil. Mais nos pieds, eux, ne sont pratiquement jamais sollicité par notre tête. Trop loin, trop rigides, trop courts, trop bas, trop vêtus, les adjectifs ne manquent pas pour excuser le peu de considération dont notre esprit fait preuve vis à vis de ces pieds qui le portent pourtant tout au long de ses déambulations physiques. Alors, nos doigts de pieds rassemblent parfois toute leur énergie et leurs terminaisons nerveuses pour se constituer un petit cerveau, droit de préférence, et prendre le large à leur tour.

Comme pour tout rêveur, le retour à la réalité est parfois rude, et il arrive que le pied ne puisse assurer son rôle immédiatement. C'est alors que se produit l'inévitable, un accident douloureux mettant hors d'usage un ou plus de vos doigts de pieds. Mais le doigt, lui, ne sent rien, puisqu'il utilise ses nerfs pour se laisser aller à l'onirisme. Par contre, le cerveau, de son côté, ne s'y trompe pas, et une vive douleur vous assaille soudain pour ne plus vous quitter avant la mise au repos de votre membre blessé. C'est ce qu'on appelle alors l'ongle incarné. En effet, alors que votre doigt se trouve en train de flâner par delà les limbes de l'existence, votre ongle profite de son inattention pour s'incarner en lui, tentant douloureusement de le remplacer au lieu de se retrouver perpétuellement rejeté, puis tranché, puis poussé à nouveau, et ainsi de suite.

Le plus grave, finalement, c'est qu'il est impossible de faire reprendre connaissance à son doigt de pied. Essayez de faire disparaitre les fourmis dans votre pied, ou bras, ça marche aussi, la prochaine fois que vous en subirez. Impossible ? Alors imaginez si votre doigt de pied est en pleine transhumance spirituelle ! Non, le mieux c'est d'attendre et de subir. Pour une fois que les rôles sont inversés,  on ne va pas s'en plaindre. Vous voudriez, vous, que votre pied vous marche dessus constamment sans que vous ayez le moyen de vous désincarner de temps en temps ? Alors soignez votre corps ! Ce n'est pas une machine, il a un petit coeur lui aussi : le votre !
Retour à l'accueil