Si je commets un crime, aussi grave que j'en ai l'envie, et que je retourne dans le passé pour me trouver au moment de mon acte à un autre endroit très éloigné, qui pourra affirmer avec certitude que j'en suis bien l'auteur ? De plus, si je suis reconnu coupable, comment va-t-on faire pour me retrouver puisque mon départ pour un autre pays peut remonter à très longtemps ? Et si on me retrouve, que fera-t-on si je m'enfuis à nouveau dans le passé ?

Prenons le crime le plus grave dans notre société, à savoir pour un simple citoyen de voler une grosse compagnie, même rien qu'un peu. Disons que je cambriole une banque, outrage suprême, et avec les cheveux longs, ça a son importance. J'ai ma trombine qui se grave dans tous les objectifs qui surveillent les guichets, et je m'en contrefous. Puis, je fuis jusqu'à ma machine à remonter le temps et l'emprunte pour retourner dans le passé, en ne prenant même pas soin à ce que personne d'autre ne puisse utiliser ma machine, vous allez voir. Je reviens jusqu'avant mon larcin, c'est évident, je me rase les cheveux, complètement, me débrouille pour les détruire, et je vais aller imprimer mon visage sur un autre objectif, très loin de mon hold-up mais au moment exact où je l'ai produit. Puis, je rentre chez moi, après que mon premier moi soit retourné dans le passé histoire de pas me croiser, c'est trop effrayant. La police, bien entendu, va me retrouver en très peu de temps. Mais, problème, je n'ai pas tout à fait la même tête. Mais après tout, j'ai pu me raser les cheveux, allez hop, on t'embarque. On m'interroge sur ce que je faisais le jour du crime. Pas de bol, j'étais en voyage très loin de chez moi, et j'ai non seulement des reçus de voyage, des témoignages de commerçants, voire d'amis, mais également ma trombine prise en photo par tout un tas de systèmes de vidéosurveillance avec ma tête actuelle. Le voleur est donc quelqu'un qui me ressemble et a peut-être même mes empreintes, mais qui pourrait me condamner à sa place ?
Je peux même pousser le vice encore plus loin, en n'allant pas à mes rendez-vous quelques jours avant ma rapine, en commençant par le coiffeur, et, lorsque je suis de retour en arrière, en y allant à tous en commençant, donc, par celui qui me donnera ma nouvelle tête, preuves à l'appui ! Le brigand, ce ne peut être moi, je ne dispose pas de perruque et de toutes façons, j'étais très loin au moment des faits.

Mais imaginons qu'on me désigne malgré tout comme coupable, peut-être aura-t-on lu cet article et qu'on ne se sera pas laissé piéger par mon idée lumineuse, fort de cet aveu préalable. Je pourrais retourner aussi loin dans le passé pour échapper à la justice, mais j'aime mon époque, internet, tout ça, et je suis incapable d'aller dans le futur, allez savoir pourquoi, sans doute parce qu'il n'existe pas encore pour ceux qui n'y sont pas naturellement allé. Alors, je me contente de remonter le temps de quelques mois, et je m'enfuis dans un pays étranger, loin, de préférence, et clandestinement, si possible. J'aurais pris soin cette fois-ci à ce que ma machine ne soit pas utilisable par quelqu'un d'autre que moi, évidemment. La détruire automatiquement après mon départ vers le passé est la meilleure solution, sans doute. Bref, comment fera-t-on pour me retrouver, lorsque toutes les traces que j'ai laissées mènent à chez moi, que je n'ai visiblement pas bougé de la ville autrement qu'à pied (je peux même me payer le luxe de laisser ma voiture devant chez moi), mais que je ne suis nulle part ? Evidemment, je me suis fait la malle avant même mon vol. Qui pensera à regarder des mois en arrière pour voir si je ne suis pas par hasard parti dans un autre pays dont je ne suis jamais revenu, puisque la veille j'étais encore là ?

Mais encore une fois, admettons qu'on parvienne à me débusquer, sans se l'expliquer, dans un autre pays. Je n'aurais vraiment pas été très doué. Imaginons même qu'on arrive à me mettre la main dessus, pourquoi pas. Je croupis en prison quelques années, mais comme je n'ai même pas blessé quiconque, arrivera toujours le moment où il serait mal venu de me garder à l'ombre, et on me relâche. Alors, je file chez moi, si j'en ai encore un, et je récupère ou reconstruis ma machine. Je file quelques temps avant d'avoir été attrapé et je me préviens. Le moi du passé peut donc m'éviter d'avoir été en prison en repartant à nouveau dans le passé et en changeant de pays. Du coup, à chaque fois que la police me retrouvera, j'aurai déjà disparu totalement pour avoir existé autre part. Mais le problème se pose qu'au bout d'un moment mon don d'ubiquité risque de me faire remarquer. Si j'existe à la même période dans tout un tas d'autres pays à la fois, il sera de plus en plus simple de me retrouver, et je ne verrais donc jamais le futur.

Alors, quitte à ne jamais voir le futur, pourquoi ne pas faire plus simple encore ? Je commets le crime que je veux, et je retourne dans le passé d'un ou deux ans, histoire de ne pas trop être dépaysé. Et à la date de mon cambriolage, je recommence, perpétuellement. Alors oui, je vais finir par être pas mal nombreux chez moi, et il va me falloir d'autres maisons. Mais je suis riche après tout, alors peu importe ! Et puis si je manque de nouveautés, je peux toujours placer ma machine à remonter le temps dans un endroit précis connu de moi seul, et m'arranger pour qu'une connaissance à moi obtienne un message préprogrammé qui lui indique comment me faire parvenir des nouvelles du futur. Ce serait marrant ça, non ? Passer sa retraite dans son passé, où on connait tout par coeur et où le monde ne nous distance donc jamais, tout en ayant des nouvelles de ce qu'aurait été la vie si on avait suivi le cours naturel du temps ! C'est décidé, pour ma retraite, je veux aller dans un hospice temporel, ha ha ha.
Retour à l'accueil