Déjà la quatrième leçon ? Mais ça passe tout seul en fait l'anglais. Bientôt bilingue, n'est-ce pas ? Oui, surtout si vous apprenez une autre langue en même temps... Alors, où en étions-nous ? Ah oui voilà, merci, vous saviez demander le jour de la semaine, mais pas comprendre la réponse. C'est facheux. Tout à fait facheux. Today, donc, nous allons commencer à les apprendre. Il y en a sept, c'est trop pour tout faire en une seule fois, surtout qu'il faut parfois du vocabulaire en plus. Nous allons donc y aller tranquille et on verra où ça nous mène. Allez hop !


LE, LA, LES :
Tout d'abord, pour pouvoir interpréter la réponse de votre interlocuteur, il vous faudra probablement posséder ce mot. Oui, ce, au singulier, parce que l'anglais n'en a qu'un pour dire les trois, vous savez comment il est, flemmard au dernier degré. L'origine de ce mot est extrêmement simple et vous ne pourrez pas l'oublier. Avant toute chose, il faut savoir que dans la vie de l'anglais, tout est exceptionnel. Non, ce n'est pas moi qui le dit, c'est lui-même. Et pour désigner quelque chose de remarquable, comme une chanson à la mode, on dira que c'est "LE" tube du moment. Ce "LE" en majuscule est très important, parce qu'il est en réalité la déformation d'une plus vieille expression aujourd'hui oubliée, "être l'oeuf de quelque chose". A l'origine, on disait par exemple d'un révolutionnaire que c'était "l'oeuf personnage" d'un nouveau mouvement politique. Celui qui en est à l'origine, le créateur, l'oeuf. Ce qui nous renseigne au passage sur lequel est le premier de l'oeuf ou de la poule, mais passons. Donc, de cette expression découla jusqu'à nos jours un "LE" appuyé, désignant comme exceptionnel le mot qui suit. Par ailleurs, vous aurez sans doute remarqué qu'on utilise également parfois, pour la même chose, le mot "ZE", comme "ZE" phénomène. Vous vous êtes toujours demandé d'où cela pouvait venir, et je vous comprends. Mais maintenant que vous savez pour "l'oeuf", réfléchissez. Que se passe-t-il lorsqu'on met cette expression au pluriel ? On obtient alors "Les oeufs", dont la contraction seule fût gardée, à force d'évolutions de la langue, donnant "ZE", à cause de la liaison. Et qu'on utilise désormais aussi bien au singulier qu'au pluriel !
Mais où je veux en venir ? Et bien l'anglais, justement, a repris cette expression, mais, pour ne pas trop nous faciliter la tâche, il l'orthographia différemment. Nous avons alors dans sa langue un "The" qui se prononce "ZE" !
Attention : ce n'est pas si simple que ça en vérité. La prononciation a également quelque peu été changée. En disant "ZE", il est probable qu'on vous comprenne, mais c'est bien trop simple pour qu'on en reste là. Non, il vous faudra introduire un espèce de "D" dans votre "Z". Oui, je sais, ça parait totalement irréalisable. Voici l'exercice pour y parvenir. Passez le bout de votre langue entre vos dents, comme pour tirer la langue, mais un tout petit peu. Puis, dites "ZE" en gardant cette configuration. Voilà, si vous n'avez pas trop tiré la langue, vous y êtes à peu près.

Note : Il vous est désormais possible de dire qu'aujourd'hui est un jour exceptionnel. Mais si, regardez : "Aujourd'hui, c'est LE jour." devient tout simplement "Today is ... the day." !

SOLEIL :
Mais pourquoi apprendre à dire soleil maintenant ? C'est pas qu'on en manque, mais on devait pas faire les jours de la semaine ? Souvenez-vous, je vous avais parlé de vocabulaire pour comprendre les jours de la semaine, et bien on est en plein dedans. Je sais que vous trépignez d'apprendre votre premier jour, mais soyez patient, il faut faire les choses bien, non mais. Alors, comment l'anglais forma son mot soleil. Pour le comprendre, il faut avoir en tête que dans de nombreuses civilisations, croyances et mythologies, le soleil a représenté le plus grand des dieux, l'unique guide suprême des hommes. Pour les égyptiens des pyramides par exemple, les pharaons étaient tous les fils du soleil, qui, lui, est unique et irremplaçable. Le soleil, c'est en quelque sorte LE symbole de la toute-puissance, de l'unicité, et même de la vie. Pourtant, le soleil est partout à la fois, et ne se montre pas toujours de la même manière. Il possède ce petit côté paradoxal qui alimente les légendes. Alors, l'anglais, à l'origine, dit du soleil qu'il est "les un", utilisant une faute de grammaire pour retranscrire ce côté paradoxal. Mais ça ne fit pas l'unanimité parmi ses camarades de langue, et on voulut éviter les complications inutiles et simplifier un peu la langue en bannissant cette exception. Dès lors, fallait-il appeler le soleil "le un", ce qui est idiot, ou "les uns", alors qu'il est seul ? Pour mettre fin aux débats, on trancha dans le vif. "Les un" resterait ce qu'il est, sauf qu'on en fit glisser le "s" du côté du "un", ce qui donna "le sun". Vous remarquerez qu'à cette époque, on avait pas encore inventé le "the", que vous connaissez déjà. Mais, maintenant que c'est le cas, nous pouvons dire "le soleil", "the sun".
Attention : vous pourriez croire que "le sun" se prononce comme "le sein". Et quelque part, ce ne serait pas si bête, puisque de nombreuses civilisations ont pensé que le soleil était la mamelle de l'humanité, ce qu'il demeure uniquement métaphoriquement. Mais l'anglais s'en fiche, oui, car il ne supporte pas qu'on puisse voir le lien entre sa langue et la notre, bien qu'il nous ait tout pompé. Alors il "inventa" une autre prononciation du "u", qui serait en fait l'équivalent de notre "e", tandis que son "e" est un "i" et son "i" est douloureux. Non, oubliez ça, c'est trop compliqué. Retenez seulement qu'on dit quelque chose entre "ze seune" et "ze scène", histoire de faire original.

DIMANCHE :
Pourquoi commencer par la fin vous vous demandez, je le vois. Mais parce qu'on est en anglais pardis, et que tout est renversé. La semaine anglaise commence par un dimanche, voilà.  Je vais vous dire moi pourquoi. Vous connaissez sans doute le grand philosophe Claude François, celui-là même qui disait "Le lundi au soleil, c'est une chose qu'on aura jamais...". Et bien soit. Alors comme ça les français pensent que le premier jour de la semaine ne peut pas être ensoleillé ? Et bien vous savez ce qu'on va faire ? Non seulement on va décréter que ce jour sera le jour du soleil, mais en plus on va dire que c'est un jour de repos, ah, la barbe, bien fait, hé hé. Ainsi, l'anglais décida que le premier jour de sa semaine serait le dimanche et qu'il s'appellerait le jour du soleil, "the sun day", ou "sunday" comme on l'écrit désormais. Exactement comme une glace à la vanille avec un coulis dessus, oui, voilà, vous y êtes !
Attention : même si le premier jour de la semaine est dimanche, en pratique il correspond à notre dimanche à nous. Quand nous sommes dimanche en France, nous sommes sunday en Angleterre. C'est la semaine qui est décalée, l'anglais la commençant avant nous, histoire de faire le malin. Pour la prononciation, il n'y a pas de piège ici, mais seulement si vous avez bien appris à prononcer les mots "sun" et "day" séparément. Dans le cas contraire, c'est le moment de réviser...

LUNDI :
Nous sommes bien partis, alors poursuivons. Le premier jour ouvrable et deuxième jour de la semaine anglaise est donc lundi. Lundi, c'est donc le début des préoccupations matérielles, le jour de repos est terminé, il faut s'y mettre. Par quoi commencer ? Mais par soi même ! Et voilà, l'anglais a déjà trouvé un nom pour son premier jour de la semaine, ce sera "mon jour", ou en anglais "mon day" qui s'écrit aujourd'hui "monday". Remarquez au passage que, dans l'urgence, l'anglais n'attendit pas d'avoir trouvé un mot pour dire "mon" dans sa langue et conserva donc un mot français sans le vouloir. Bah oui, mais on peut pas penser à tout non plus, même quand on est anglais !
Attention : nous avions déjà vu que l'anglais n'aime pas les sons "en" et "on". Pour "en", il dit "enne". Et pour "on", devinez. Voilà, "onne", c'est pas compliqué. "Monday" se prononce donc "monneday". Simple comme bonjour.

MARDI :
Allez, un dernier pour la route. Après avoir pensé à soi-même toute une journée, vers qui se tourner ? Vers les autres, effectivement, et plus particulièrement vers toi, où tu es n'importe qui qui m'entends. Le mardi, c'est ton jour. Et réciproquement, tu es ce jour. Et voilà, un de plus, l'anglais ne s'est pas emmerdé plus que ça : "tu es ce jour", "tu es day", contracté en "tuesday" pour plus de commodité. Vous voyez, ça va très vite quand on a passé le cap du premier mot !
Attention : alors là, grosse grosse originalité sur ce mot, que je ne saurais même pas expliquer autrement que par "personne n'arrivera à parler notre langue sauf nous, ha ha ha". "Tuesday" ne se prononce ni "tu es day", ni "tusseday", alors que ça aurait pu être logique. Il semblerait que l'anglais ait d'abord inversé le "u" et le "e" pour créer la prononciation, "teusseday", et utilisé son "e" spécial, qui se prononce comme un "i", mais en gardant, bizarrement, le "u" français. Quel bordel, je ne vous le fais pas dire. On dira donc "tiusseday" pour "tuesday". Argh, corsé celui-là.

Et voilà, nous connaissons maintenant les trois premiers jours de la semaine, dont le premier, le plus important, celui où on ne fait rien ! Je sais bien que ça vous laisse moins d'une chance sur deux de comprendre quel jour on est lorsque vous posez la question à un anglais, mais ne soyez pas trop pressés. Il vaut mieux aller lentement mais sans rien oublier, que tout survoler rapidement mais arriver à son point de départ en ayant perdu du temps. La prochaine fois, je complèterais ce manque, en espérant avoir le temps de finir tous les jours de la semaine, ce qui n'est pas évident.  Je vous laisse donc sur votre fin, faisant un cliffhanger digne des meilleures séries télévisées, enfin je crois. Stabbquadd pourra-t-il vous apprendre les derniers jours de la semaine en une seule séance ? Et Philippe comprendra-t-il que Marc n'est pas amoureux de Frédéric ? Un nain qui met son chapeau à l'envers peut-il faire crorie qu'il est plus grand ? Et avec des talonnettes ? Mais combien font cinquante barbies fois trente sept kens ? Peut-on mettre un pluriel à barbie ? Et à Barbie ? Tant de questions insolubles qui trouveront peut-être leur réponse dans la prochaine leçon !
Retour à l'accueil