Valétudinaire, mais quel mot étrange. Saurez-vous retrouver sa véritable définition parmi toutes celles qui suivent ?


1/ Valétudinaire, c'est tout un métier. Tout d'abord, il faut s'y connaître en électrotechnique et en automatisme, pour concevoir des éléments aussi complexes que ceux qui équipent un Véhicule Automatique Léger, ou VAL. Mais la profession couvre également de nombreux autres domaines dans lesquels le valétudinaire doit être expert et ne présenter aucune défaillance. La moindre erreur pourrait en effet coûter la vie des nombreuses personnes qui emprunteront par la suite cet espèce de métro monté sur pneumatiques. Par chance, celui-ci dispose désormais de simulations informatiques, qu'il doit aussi maîtriser, afin de parer à toute éventualité malheureuse. Rendons gloire à ces ingénieurs qui prennent soin de nos vies dans les transports en commun.

2/ Valétudinaire, cette insulte méprisante à l'origine de tant de conflit. Formée à l'origine par l'expression maghrébine "il valait un dinar", qui signifie, en parlant d'une ancienne star controversée, qu'elle ne valait de toutes façons pas grand chose, celle-ci est désormais utilisée au présent, en tant qu'interjection, pour exprimer son mépris à un opposant. "T'es valétudinaire" évoque un futur, souvent très proche, tel la fin de la conversation, dans lequel l'interlocuteur aura déjà totalement oublié son contradicteur, puisque celui-ci n'a aucune valeur. En ce sens, valétudinaire est donc un synonyme d'insignifiant et s'utilise comme un adjectif.

3/ Valétudinaire, l'adjectif de tout ce qui ne tient pas debout, qu'il s'agisse d'une personne malade comme d'un argumentaire quelque peu fantaisiste. Péjorativement, le mot peut être utilisé pour démonter un discours, mais plus généralement, il implore la pitié pour ceux qui ne vont pas bien et dont la vie ne tient plus qu'à un fil de soie dans la toile de la vie. "Le pauvre homme, valétudinaire, chancelait à chacun de ses pas." est un exemple d'utilisation dans lequel l'adjectif est utilisé dans son sens premier, puisque celui-ci proviendrait d'un mot latin similaire signifiant "malade".

4/ Valétudinaire, barbarisme du vingt-et-unième siècle, s'apparente à son collègue anglais bien connu "Your base are belong to us". Créé par inattention, ce mot provient à l'origine d'une réponse automatique d'une fameuse entreprise aux candidats pour les postes que celle-ci offrait. Chaque postulant, en accusé de réception, recevait un message dans lequel on pouvait lire, entre autres, "Nous allons étudiner votre candidature...". Rapidement, l'entreprise reçut des milliers de CV de curieux désireux de recevoir l'étrange message. Sur internet se développa alors un culte, dans lequel chaque adepte se doit de répondre aux propositions qui lui sont faites "On va l'étudiner" s'il est susceptible d'accepter mais sans pouvoir donner sa réponse immédiatement. Dès lors, tous désignèrent les offres convenables comme des offres "valétudinaires", qui méritent d'être "étudinées". Valétudinaire signifie donc, pour les initiés, que ça vaut le détour.

5/ Valétudinaire, réplique culte du film "Désamour à l'anglaise", réalisé en 1976 par Claude Stakanovich. Brian, personnage du film, souhaite séduire Valérie. Mais il a un gros handicape : d'origine anglaise, il ne parle pas bien français. Alors qu'il espère pouvoir l'emmener dîner dans un grand restaurant pour la mettre dans de bonnes dispositions à son égard, celui-ci lui déclame, texto : "Val, es-tu dîner ?", avec l'accent, pour s'enquérir de l'état de son appétit. Le pauvre se verra rétorquer un fou rire avant que l'élue de son coeur ne parte en mobilette avec Serge, le beauf, manger au kebab du quartier. Fin du film. Depuis, les fans de ce chef d'oeuvre aiment à répéter phonétiquement, et en boucle, ce qui est finalement la dernière réplique de leur film préféré : "Valétudinaire ?".

6/ Valétudinaire, ce mot ne veut strictement rien dire, je l'ai inventé de toutes pièces.

7/ Valétudinaire, c'est ainsi qu'on nomme une personne dont on ne parvient pas à saisir l'utilité. A l'origine, il s'agissait pourtant d'une méprise. Un Roy de France, exigeant un tribu de la part d'alliés germains qu'il soupçonne de comploter contre lui et ne voyant rien venir, partit avec une délégation pour s'en procurer un par lui-même. Arrivé sur les lieux, il s'entretint avec le chef teuton afin de parvenir à un accord. Voyant un homme à l'accoutrement hors du commun, il demande à son allié de qui il s'agit. Et celui-ci de lui répondre, dans un français approximatif, "Cette oune valette owdinaiwe". Le bon Roy, interprétant "c'est un valétudinaire" et redoutant d'avouer en quelque domaine que ce soit son incompréhension, répondit "C'est lui que je veux !". Le germain, décontenancé, accepta sans hésitation, et tout fut pour le mieux dans le meilleur des moyen-âges. Par la suite, le bon Roy ne comprit jamais à quoi cet homme qu'il avait réussi à obtenir de son allié pouvait bien servir, celui-ci ne parlant même pas le français. Depuis, on appelle "valétudinaire" quelqu'un dont on ignore les qualifications et les compétences. Ironiquement, les ouvriers appellent parfois leurs patrons les "valétudinaires de l'entreprise", estimant que ceux-ci ne servent vraiment pas à grand chose, surtout en comparaison de leur salaire.


Vous avez trouvé quelle est la bonne définition ? C'est formidable. Sans utiliser Google ni un dictionnaire ? C'est encore mieux. Mais ne croyez pas que je vais vous faire gagner quoi que ce soit, ce serait trop facile. Non mais.
Retour à l'accueil