Une fois de plus, votre banque vous a prélevé une participation forfaitaire de quelques €uros, des frais de prélèvement impayé supérieurs au dit prélèvement, des aggios équivalent à 25% de votre découvert quotidien, ou encore une commission sur votre dernier gros achat. Et vous vous dites : "y'en a marre, je vais aller me plaindre", avant de vous rendre compte que tous les clients de votre établissement bancaire sont dans le même cas. Vous vous dites que la banque doit être fabuleusement riche, à force de prélever "quelques" €uros à tous ses clients, étant donné la quantité gigantesque de clients qu'elle a. Au début, plein d'espoir, vous envisagez d'aller voir ailleurs, dans une autre banque, avec une gestion intègre et un accueil chaleureux. Puis, vous réalisez. Si cette banque existe, pourquoi tout le monde n'y est pas déjà ? Pourquoi les banques, toutes autant qu'elles sont, dépenseraient autant en publicité si leur attitude les rendait vraiment attractives ? Et vous comprenez. Dans la finance, c'est comme dans les jeux d'argent. Le client est toujours plein d'espoir, mais c'est le dealer le vrai gagnant. Mais comment faire alors pour renverser la tendance ? C'est simple, le Hold-up a justement été créé pour ça.

Pour préparer un bon Hold-up, il est important de prendre en compte deux choses. Tout d'abord, vous ne devez pas être reconnaissable, si vous voulez pouvoir jouir de votre gain en toute sérénité. Ensuite, il faudra que tout aille très vite, si vous ne voulez pas avoir à prendre des otages pour au final vous faire tirer dessus par un tireur d'élite.

Pour ne pas être reconnaissable, c'est assez simple. Evidemment, il y a la cagoule, mais ça ne fait pas tout. Pour commencer, ne braquez pas votre propre banque, car le lien pourrait plus facilement être fait, sans compter le fait qu'un employé pourrait associer votre voix à votre nom. Ensuite, entraînez-vous à utiliser une voix la plus éloignée possible de la votre. Quitte à être ridicule, de toutes façons dans ces moments là personne ne pensera à se moquer de vous. Enfin, il vous faudra des gants, et être déjà passé dans cette banque, pour y demander de la documentation par exemple. Ainsi, votre ADN aura une bonne raison d'être sur place, vos empreintes ne pourront pas être relevées, ni votre visage vu ou votre voix reconnue.

Ensuite, pour que tout aille très vite, il vous faudra être très persuasif. Par exemple, un Hold-up à l'arme blanche a peu de chances d'aboutir convenablement, puisque le guichetier n'aura qu'à se reculer du comptoir pour être à l'abri de vos assauts. Et vous aurez l'air bien ridicule, même si, une fois de plus, personne ne vous le fera remarquer. Une arme à feu est donc le minimum pour effectuer un bon braquage. Le seul problème reste de se la procurer, et là, à moins de passer son permis de port d'arme et d'acheter une arme en toute légalité, ce qui ferait de vous un des premiers suspects, il n'y a pas trente six solutions. Soit vous vous risquez à parler à des gens louches la nuit dans les petites ruelles, et c'est vous qu'on risque de braquer, soit vous espérez que vous n'aurez pas à tirer et vous achetez un faux revolver que vous cacherez sous un linge. Lorsque votre choix est fait, n'oubliez pas qu'il vous faudra également un sac de taille moyenne, en tissu de préférence, et non troué, à moins de vouloir jouer à robin des bois, pour éviter d'avoir à attendre, pendant votre Hold-up, que le guichetier trouve dans quoi il va bien pouvoir vous donner tout cet argent. Ce serait dommage.

Une dernière chose avant d'y aller. Réfléchissez à comment vous allez en repartir. Le vol d'une voiture n'est pas une bonne idée. Quand on la retrouvera avec un de vos cheveux à l'intérieur, vous aurez bien du mal à vous justifier. A la limite, une moto, ce serait mieux. Et ce qui serait encore mieux, ce serait de la brûler après usage. Par exemple, vous volez une moto, et l'amenez en campagne. Vous rentrez comme vous le pouvez, à pied, à main, je ne veux pas le savoir. Mais pas en taxi, attention, ce serait vraiment idiot de votre part. Puis, le jour venu, vous allez chercher la moto, en voiture. Au retour, vous n'aurez qu'à revenir à cet endroit précis, à mettre le feu à la moto (et vos vêtements), avant de rentrer chez vous dans cette même voiture. Nu donc. A moins que vous ayez été assez malin pour prévoir une tenue de rechange.

Enfin, quand vous rentrerez, avec votre sac plein d'argent, pensez à deux choses.
Où allez-vous stocker l'argent ? Si jamais un simili-rikiki-soupçon pesait sur vous et qu'un policier frappait à votre porte, vous seriez bien ennuyé si vous deviez lui ouvrir à moitié nu, nageant dans les liquidités. Il serait même plus judicieux de stocker l'argent en dehors de chez vous, mais pas chez un ami, bougre de crétin, ce serait le meilleur moyen de le perdre, en même temps que votre gain. Non, à la limite, vous auriez dû le cacher en campagne, puisque vous en venez. Mais pas à côté de la moto en feu, enfin, pas si vous voulez qu'il soit encore là à votre retour.
Autre question : quand et comment allez-vous le dépenser ? Si vous le déposez sur votre compte, on vous passera les menottes à la place de votre reçu, ça ne vaut vraiment pas le coup. Si vous faites de gros achats, vous attirerez l'attention sur vous, et celle-ci risque de ne plus vous quitter, surtout lorsque vous serez entre quatre murs et une porte dont vous n'aurez pas la clé. Le mieux, et ça peut vous paraitre triste si vous rêviez de vous offrir monts et merveilles, c'est de continuer votre vie quotidienne. Cette vie de merde, voilà, comme vous dites. A la différence près que vous ne paierez plus qu'en liquide. Ainsi, à chaque petit achat, ce sera autant d'argent qui ne sortira pas de votre compte et profitera... à votre banquier.

Comme quoi, on peut se donner tout le mal du monde pour échapper aux ogres de la finance, on finit toujours par tomber entre leurs mains, même sans s'en rendre compte...
Retour à l'accueil