Si j'emprunte un objet à quelqu'un, et que je retourne dans le passé pour lui ramener, du coup, est-ce qu'il n'a pas plutôt l'impression de me rendre mon propre objet, puisque pendant un moment il l'aura en double ? Et si je l'ai abîmé et qu'il me refile plutôt celui des deux que je lui ai ramené, pourrais-je garder cet objet indéfiniment, puisque ce n'est pas le sien ? Ou va-t-il disparaître dès que le temps se rendra compte que je l'ai arnaqué ? Et si je fais pareil avec un objet de location ? Comment vont-ils tenir leur registre si leurs prêts reviennent avant de partir ? Auront-ils assez de place pour stocker tous ces doubles ? Et que se passera-t-il si je fais pareil avec de l'argent à la banque, ou même des actions en bourse ?

Imaginons qu'un ami me prête un objet. Moi, farceur que je suis, je retourne dans le passé pour lui ramener avant l'emprunt. Du coup, dans le passé, cet ami reçoit de ma part un objet dont il est persuadé qu'il m'appartient, puisqu'il a encore le sien chez lui. Et peu importe ce que je pourrais dire, si c'est un ami il ne m'enverra pas à l'asile. Mais du coup, lorsque je viendrai lui demander de me prêter son objet, à lui, va-t-il accepter, alors que je lui ai justement filé, peu auparavant, une copie de ce même machin. Convenez qu'il y a de très fortes probabilités pour qu'il me prête celui que je lui ai amené, tant qu'à faire, et garde le sien, surtout si celui que j'ai ramené est abîmé. Mais est-ce vraiment possible ? Parce que s'il me prête son objet après que je lui ai rendu, ça signifie qu'à aucun moment il ne me prête l'objet original ! Mais alors s'il ne me prête pas l'original, je ne pourrais pas lui ramener dans le passé. Qu'adviendra-t-il alors de la copie ? Va-t-elle imploser pendant le voyage vers le passé ? Si c'est le cas, je m'en rendrais compte. Du coup, qu'est-ce qui m'empêchera de ne plus y retourner, dans le passé ? Puisqu'on a deux objets sur place au lieu d'un, après le premier emprunt, il me suffira d'en garder un des deux, et puis basta ! Pas de voyage dans le temps, pas d'implosion. Et hop, ni vu ni connu, j'ai gagné un objet dont j'avais besoin. J'espère qu'il n'est pas trop encombrant... remarquez, s'il doit disparaître dès que le temps se rend compte que je me suis foutu de lui, ce n'est pas trop grave...

Et si au lieu d'emprunter l'objet en question à un ami, je le loue ? Va-t-on me payer pour avoir emprunté l'objet, puisque je le ramène avant ? Par exemple si je dois payer cinquante €uros par jour pour une petite voiture de location, que je l'utilise pendant un mois, et que je la ramène, avec le plein, deux mois avant de l'emprunter. Vais-je gagner 3000€uros ? Peut-être même plus, puisque l'automobile originale est toujours là, et peut-être même déjà louée à quelqu'un d'autre ! Double revenu pour le loueur pendant deux mois, il est bien possible qu'il fasse un geste non ? Mais alors à quel moment les voitures vont-elles à nouveau se réunir en une seule ? Est-ce que ça va faire mal ? Et si le loueur n'a que très peu de clients, où va-t-il stocker toutes ces voitures que je lui ramène sans arrêt alors que les siennes sont toujours sur place ?

Inquiétant tout ça, mais pas autant que les jeux d'argent. Avec l'argent de mes comptes, déjà, je pourrais artificiellement gonfler mes comptes, avec de l'argent qui me procurera quelques intérêts avant de disparaître. Mais c'est laborieux. Par contre, si je m'intéresse à la bourse, là ça devient intéressant ! Tenez, puisque cette grande couille "s'effondre" en ce moment, pourquoi je n'achèterais pas un gros paquet d'actions avec mes deux cents €uros (environ trois compagnies et quart actuellement) pour aller les revendre dans le passé, avant de les avoir acquises ? A un moment où je sais qu'elles valent très cher, tant qu'à faire ! Mais ensuite, alors, il y aura exactement la somme d'actions que j'ai acheté en double, pendant un moment. Elles vont circuler. Et au moment où celles-ci vont disparaître, du coup, ça va être la ruine pour ceux qui les auront rachetées. Du coup, la grande couille va s'effondrer, les couillons, ceux qui y travaillent, donc, vont paniquer, et le marché va s'auto-détruire. Et je pourrai racheter encore plus d'actions qu'avant, avec le bénéfice, pour casser encore plus le marché après.
En fait, je crois bien que l'un d'entre vous a lu cet article et a fait exactement ce que je viens de dire. Putain, j'aurais mieux fait de me taire moi... quoi que... à bien y réflechir... voyons... bon allez les gars, on se motive, et on y va, c'est pas le tout, mais on a un marché à détruire aujourd'hui. Et qu'on ne s'arrête pas tant que tout n'a pas cramé !
Retour à l'accueil