Ne rigolez pas, c'est tout à fait sérieux. C'est dans la constitution du Tennessee qu'on trouve un article expliquant clairement cet état de fait. Et l'énoncé est on ne peut plus précis. Non parce qu'on aurait pu avoir droit à un bête "les mariages inter-raciaux sont interdits", ce à quoi la science aurait fini par rétorquer que ce n'est pas grave du tout, puisque la seule race humaine est l'Homo Sapiens, tout court, et que ça n'est pas plus long quand la couleur de peau est plus foncée. Pour le coup, vous pourriez vous marrier dans le Tennessee avec un membre d'une tribu reculée d'Amérique Latine, ou d'Afrique, ce ne serait pas un mariage inter-racial, et on ne pourrait rien vous dire. Et dans l'hypothèse où l'élue de votre coeur serait une chèvre, on aurait alors un mariage inter-espèce, qui ne serait pas non plus interdit par la loi.

Seulement voilà, la loi est bien plus explicite que ça, et toujours en vigueur ! En anglais dans le texte, bien entendu, voici ce que donne en français la section 14 sur les "Dispositions Diverses" de l'article onze  : "Le mariage d'une personne blanche avec un nègre, un mulâtre, ou une personne au sang mêlé, descendant d'un nègre jusqu'à la troisième génération incluse, ou le fait pour eux de simplement vivre en concubinage dans cet état est interdit." ( source ). Et là je me dis putain, ils plaisantent pas avec la couleur de peau par là-bas. Ce sont des cas, les gars du Tennessee. Des KKK même, ce qui n'est pas une abréviation de poulet frit, je précise au cas où. Nous voilà donc avec l'impossibilité de se marier, ou même simplement de vivre ensemble, lorsqu'on est un couple aux couleurs différentes ! Le texte ne précise pas si une métisse et un noir peuvent se retrouver ensemble sans rien risquer, ni même s'ils ont le droit de vivre, finalement, comme tout le monde. Dès lors, il semble évident que le but d'une telle loi est de "préserver" l'ethnie blanche de peau d'une quelconque tâche colorée qui risquerait de lui éviter la consanguinité...

Mais quand même, il y a quelque chose de bizarre dans ce texte, non ? Vous ne voyez pas ? Moi non plus en fait, il a même fallu qu'on me le souffle. Pourtant vous me connaissez maintenant, je ne suis pas le dernier à trouver le petit détail qui tue ou à me gargariser de la moindre connerie proclamée par autrui. Un coup de mou peut-être, mais je ne l'avais pas vu venir celle-là. Dites-moi, en toute objectivité, comment se retrouver métissé de la troisième génération lorsque dès la base, le mélange noir et blanc est interdit ? Je veux dire par là qu'il faudrait qu'une femme blanche, par exemple, couche avec un homme noir, lui fasse un enfant mais, attention, sans jamais vivre avec lui. Puis, il faudrait que l'enfant en fasse un avec une personne blanche, elle aussi, mais toujours sans vivre ni se marier avec. A moins de le faire dans l'état d'à côté, bien entendu. Et ainsi de suite quatre fois au moins, pour qu'il n'y ait plus à se cacher. Autant dire un siècle pour régulariser une situation. Ha, les lenteurs de l'administration, ça fait rêver...

Et on prend bien conscience, là, de l'absurdité, de l'extrême hypocrisie de cette loi. On peut avoir un gamin métisse, ça pas de soucis. On vous dira pas qu'il est mignon, faut pas abuser, mais on n'ira pas vous pendre haut et court, c'est déjà ça. De toutes façons, c'est laid, un bébé, avec sa grosse tête disproportionnée, venez pas me raconter l'inverse. Alors faire un gosse, c'est bon. Mais vivre avec l'autre parent, alors là, pas question. Eventuellement, on peut sortir en soirée avec, se promener avec, tout faire avec, mais seulement à partir du moment où il ne réside pas dans la même maison. Est-ce qu'on ne serait pas complètement débile, dans le Tennessee, par hasard ? Vous me rétorquerez que, quoi qu'il en soit, pour avoir instauré une telle loi, fallait déjà être pas très net. Mais quand même, l'énoncé frise le génie. Comme je le disais au départ, en interdisant seulement le mariage inter-racial, ce n'était pas grave, puisqu'il n'y a qu'une seule race humaine. En interdisant les mariages entre personnes de couleurs différentes, à la limite, on montrerait juste qu'on était un sacré gros con d'intolérant. Mais en interdisant à ces personnes de vivre ensemble, on a finalement montré qu'une seule chose : que nos parents aurait mieux fait d'aller prendre un peu l'air plutôt que se reproduire entre frères et soeurs...
Retour à l'accueil