Comment ai-je pu me faire avoir comme ça ? Un séjour unique plein de mystères dans un château majestueux qu'on quitte avec grande difficulté. Je ne peux même pas dire que je n'avais pas été prévenue. Et question mystère, je suis servie. J'ai beau tourner et retourner le problème dans ma tête, je n'arrive pas à comprendre comment c'est possible. Les salles se ressemblent toutes, et pas une n'a de fenêtre. De porte en porte, par le faible éclairage de chandeliers antiques, je tourne en rond. Sans compter ces grattements contre la porte, que rien ne semble produire et qui vont finir par me rendre dingue. Je crois que même mes pires cauchemars n'ont jamais été aussi effrayants. A la différence qu'eux se terminent toujours quand je me réveille.

Tu parles d'un séjour unique. C'est sûr que si j'arrive à m'en sortir, je ne risque pas d'y revenir. Et dans le cas contraire, ce sera mon dernier. Pour le coup, c'est unique, y'a pas à dire. Qu'est-ce qui m'a pris de vouloir venir ici ? Moi qui pensait avoir une seconde lune de miel, finalement je n'ai ni lune ni l'autre. Et puis le château, ah oui, formidable, je n'ai pu le voir qu'une fois, de l'extérieur, et je n'ai même pas eu le temps de profiter de la vue sur le domaine. Bon, au moins, il était marqué qu'il y avait une issue. Qu'on quitte avec grande difficulté, ça signifie quand même qu'il y a une chance.

Mince, les bougies du chandelier arrivent à bout, je ferais mieux de changer de salle. A droite ou à gauche ? Ha ha, comme si ça changeait quelque chose. De toutes façons, tout est foutu. J'espère que mon Laurent, lui, s'en est sorti. Il n'y est pour rien le pauvre. J'aimerais tellement l'avoir encore près de moi. Et zut, une de plus en moins, allez, à gauche.

Mais ? Cette salle n'est pas éclairée ! Bon sang, et bien à droite alors... Non plus. Si je comprends bien, d'ici quelques minutes je vais me retrouver dans une salle parfaitement sombre, bordée de deux salles plongées elles aussi dans une obscurité totale, desquelles me proviendront continuellement toutes sortes de bruits effrayants. Et déjà, la flamme d'une des deux dernières bougies vacille. On dirait comme un compte à rebours avant la fin. Mais après tout, peut-être ne suis-je déjà plus qu'une âme en peine moi aussi.
Retour à l'accueil