Hello les amis ! How are you today ? Si vous n'avez pas compris ces quelques mots, je vous encourage vivement à repartir en arrière, le rythme est trop soutenu pour vous. D'ailleurs, vous pouvez même carrément abandonner la langue anglaise je crois. Par contre, si vous les avez compris, vous êtes de bons élèves. Le seul problème, c'est que vous n'êtes pas encore armés pour me répondre. Non, s'il vous plait, rangez tous ces flingues et ces couteaux, je parle seulement de vocabulaire, là. Sans plus tarder, et avant qu'une fusillade ne se déclenche, voyons comment répondre à cette simple question : "How are you ?".


GRAND (dans le statut) :
Mais en quoi le mot "grand" va-t-il bien pouvoir vous aider à répondre à cette question ? En fait, c'est tout bête. Lorsqu'un anglais va bien, qu'il est prêt à croquer la vie à pleines dents et à faire tout un tas de grandes choses, justement, il dit qu'il se sent grand. N'est-ce pas poétique ? Aujourd'hui, je me sens grand, je vais profiter de la vie un peu, et je vais conquérir le monde ! En commençant par mon jardin, dans lequel une lutte acharnée fait rage entre les mauvaises herbes et mon potager. Bref. Pour dire "grand", l'anglais ne s'est pas trop emmerdé. Non, disons les choses comme elles sont, il a même carrément recopié ce qu'il avait déjà en français. Il en a juste tourné la prononciation à sa manière, et remanié l'orthographe afin que ça colle un peu mieux avec le côté exotique de sa nouvelle langue. De grand, on est donc passé à quelque chose comme "gwannde", puis, pour la touche exotique, "gwinnde", avant de finir carrément dans le "gwite", afin de faciliter la prononciation. Et voilà, en le retapant correctement, l'anglais obtint "great".
Attention : je vous ai dit que la prononciation était quelque chose comme "gwite". Mais en fait, pour rendre ce mot vraiment difficile d'accès, afin de reconnaître l'étranger à coup sûr en lui demandant simplement comment il va, l'anglais y a placé deux pièges. Oui, parce que pour lui l'étranger est toujours de bonne humeur, ce qui agace l'anglais, très terre à terre. De plus, pour faire le malin, l'étranger va toujours essayer de répondre avec le mot le plus complexe, et tomber lamentablement dans le piège. La preuve, je vous apprends cette réponse en premier ! Bon alors, déjà, le "i" n'est pas vraiment un "i". Il oscille entre le "i" et le "ai". De même, le "r" est un "r" anglais, différent du notre comme nous l'avons déjà vu, pour vendredi par exemple, "friday" souvenez-vous. C'est un mélange de "r", de "l" et de "w" qu'il faut prononcer. Ce qui rend le tout particulièrement complexe. Il faut donc prononcer un mélange entre "gwaite" et "grite". Pas évident.

Très bien, vous savez dire que vous vous sentez comme le maître du monde maintenant. Mais ce n'est pas le cas tous les jours. Mais laissez-moi vous donner le tuyau pour éluder la question le plus simplement du monde, en répondant que vous vous sentez "bien", juste bien, voilà, circulez, y'a rien à voir.

BIEN, BON :
En effet, les mots bien et bon sont le même mot en anglais. En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, car il existe pas moins de quatres mots qui veulent dire à peu près la même chose mais dans des contextes différents. Mais nous nous intéresserons aujourd'hui au plus simple d'entre eux, celui qui peut servir dans le plus de situations possibles, quitte à passer pour un touriste, ce que vous êtes, de toutes façons. Ce mot fut le premier inventé pour dire "bon" et "bien", et c'est pour cette raison qu'il reste utilisable dans la plupart des cas. Et il fut inventé par hasard, à table, alors que le premier anglais, celui qui était en cours de création de sa propre langue, donc, se questionnait sur un nouveau plat. Celui-ci hésitait à y toucher, demandant constamment "c'est comment ?". Ce à quoi on lui répondait "Goûte !". Et il goûta. Le met se trouva être à son goût, et il décida d'associer "goûte" avec ce qui est bon ou bien. Bien entendu, il tâcha de maquiller le mot afin qu'on ne le reconnaisse pas. Ainsi, comme pour "great", il inversa le "d" et le "t", et le "goûte" devint "goude". Comme toujours, il enleva le "e" final, qui selon lui ne sert à rien, et s'amusa à mettre deux "o" au lieu du "ou", pour que ça ressemble plus à quelque chose de nouveau qu'à un français mal dégrossi. Le mot "good" était né.
Attention : ne vous prenez pas trop la tête avec ce mot, il se prononce simplement "goude". Parfois, ça fait du bien, aussi, de rester simple...

Parfait, maintenant vous pouvez répondre "good" quand on vous demande comment vous allez. A partir de là, vous ne devriez pas avoir trop d'ennui pour passer inaperçu. Il est rare qu'on vous demande des précisions quand vous allez "good". C'est donc le mieux à répondre. Plusieurs, même pour couper court à tout ajout superficiel dans votre état. Dites "good, good", et ça ira. Surtout si vous n'allez pas bien, justement, parce que vous n'arriverez jamais à expliquer quel est votre problème. Good, un point c'est tout, voilà, circulez, comme je le disais, y'a rien à voir. Et si jamais votre interlocuteur est trop collant, pour lui montrer que vous ne souhaitez pas discuter plus avec lui, voici le remède : dites au revoir. Et pour cela, apprenons comment ça se dit en anglais.

AU REVOIR :
Le premier anglais, alors qu'il composait son nouveau langage, était encore locataire. Bien sûr, par la suite, l'anglais fit fureur, et il a désormais sa propre maison. Ses propres maisons, même, à n'en point douter. Mais à l'époque, l'anglais n'existait pas encore, et personne, excepté lui et sa petite amie du moment, ne le parlait. Et encore, très peu, puisque la langue ne permettait pas encore de dire beaucoup de chose. Lorsqu'il voyait des amis ou de la famille, à son départ, il disait toujours "à bientôt", "à tel jour", etc... Au revoir, finalement, ne lui servait que très peu. Et principalement, pour sa propriétaire, lors du renouvellement du bail. Il ne tenait pas vraiment à la rencontrer, mais il n'avait pas vraiment le choix, tous les trois ans, de la revoir. Il lui disait donc "Au bail", quand ils en avaient enfin terminé avec cette corvée. Il trouva que ça sonnait pas mal, et décida que désormais, en anglais, au revoir se dirait "bail". Qu'il écrivit "bye", avec un "e" final qui ne sert à rien, par ironie, sans doute, ou pour rallonger le mot afin de pouvoir faire plus de points au scrabble. Je sais, j'ai déjà utilisé cette blague plein de fois, mais bon, je n'y peut rien si le premier anglais jouait beaucoup à ce jeu.
Attention : une fois de plus, il suffit juste de dire "bail", sans le moindre piège, et voilà. Ennuyeux ? Certes. L'anglais ne pouvait pas être toujours très inspiré.

Bien entendu, lorsque vous voulez dire au revoir sans vouloir paraître sec, "bye", c'est pas la panacée. Du coup, l'anglais à inventé une sorte de "au bon revoir", enjoué et plein de sympathie, et qui se dit donc... "goodbye" ! Facile, en plus, ce sont deux mots à la prononciation simplissime, de quoi se plaint-on ? Allez, puisqu'on est dans la politesse, voyons comment dire...

BON APPETIT :
Vas-y, dis-nous, comment on dit, bon appétit ! Alors, c'est good quoi ? Comment dit-on appétit à la fin. Arrête de nous faire languir, allez, on veut savoir. D'accord, je vais vous dire. Tout de suite. Voilà, j'y viens. En anglais, pour dire "bon appétit", on dit... "bon appetit". Voilà, on enlève l'accent, parce qu'il n'y en a pas en anglais. En effet, l'anglais, aussi étrange que ça puisse paraître, a voulu conserver quelques traces de son ancienne langue. Il n'a donc pas souhaité remplacer cette expression. Ce qui, au passage, prouve bien que l'anglais était un français, à l'origine !
Attention : vous pouvez le prononcer comme vous voulez, puisque c'est un mot que vous maîtrisez probablement déjà. Je vous conseille néanmoins de le dire en yaourt, pour singer l'anglais : "bon appeutite". A vous de vous marrer, ha ha !

NUIT :
Souvenez-vous du mot jour, c'est important. "Day", que c'était, l'anglais étant très joueur. Pas joyeux, attention. Joueur sérieux. Il se divertit sérieusement. Faut pas déconner. Et la nuit, lorsque le jeu est fini, les gens doivent rentrer chez eux. Il faut faire place net. Se faire payer ses gains, nets aussi. Bref, la nuit, c'est net. Et c'est pourquoi ce fut le mot choisi pour illustrer la nuit en anglais. Le problème, c'est que "day" et "net" ne vont pas très bien ensemble. Il fallait à "net" la touche anglaise, qui le ferait ressembler à day, mais en plus nuit. Alors, l'anglais commença par dire "nayt", avec le "ay" de day à la place du "e" de net. Mais l'orthographe du mot n'était vraiment pas harmonieuse. Et c'est pour cette raison que l'anglais inventa un concept qui serait plus tard un des piliers de sa nouvelle langue, le "ght". Qu'est-ce que le "ght" ? Une combinaison de consonnes ne signifiant rien, imprononçable, mais bougrement classe. La preuve, "nayght" étant déjà bien plus beau que "nayt". Ca rallonge un mot en lui donnant un certain style, bref, c'est super branché. Par la suite, le mot étant assez long, on simplifia le "nayght" en un simple "night", la prononciation en étant très proche, et voilà.
Attention : le "ght" peut impressionner le novice, mais il n'est pas si compliqué. La preuve, pour dire "night", il faut prononcer "naït", avec un tréma sur le "i". "Naille-te", en quelque sorte. Ne vous laissez pas berner par le "night" avec son "ght" majestueux. Dans le fond, c'est toujours un "Nayt" en fait. Tout doux, très calin, et pas méchant.


Et voilà, maintenant vous pouvez dire "bonne nuit" ! "Goodnight". Oui, on a collé les deux mots, par usage, comme dans "aujourd'hui" qui sont en fait trois mots collés les uns aux autres.
Mais cette leçon a assez duré. Je préfère ne pas trop vous embrouiller, d'autant plus qu'elle n'était pas facile, celle-là, avec le double-piège du "great" et le non piège du "ght" bien qu'il ait un air incontestablement vicieux. Alors je vous dis goodbye, et à la prochaine fois, où nous n'apprendrons pas les verbes irréguliers. Vous avez déjà du mal avec des mots tout simples, alors la conjugaison, on s'en passera encore quelques temps.
Retour à l'accueil