Attention, cet article pourrait très bien tout casser dans votre tête, l'auteur n'en serait pas pour autant responsable. Vous direz pas qu'on vous a pas prévenu. Ce qui revient presque à dire vous direz qu'on vous a prévenu, mais je vous connais, on ne peut pas vous faire confiance.

Voilà, ça y est, le voyage dans le temps passé est possible, et l'humanité a tellement progressé suite à l'intervention de nos amis de l'espace qu'il est même devenu courant de voyager à l'autre bout de la galaxie. Quand je me souviens de cette époque, au début du vingt-et-unième siècle, où seul le voyage dans le futur existait, et donc sans retour bien entendu, j'en ai presque une larme à l'oeil. Tout est tellement plus simple aujourd'hui. Tenez, prenez ma journée d'hier par exemple, journée typique de ce qu'il était impossible à cette époque. Ah, mais attendez deux minutes. Avant de commencer, il faut que je convertisse mon emploi du temps en système horaire si je me souviens bien. Saleté de machine, comment on fait ça. Bordel je vous en foutrais moi des Fenêtres ® Futur 3000 de Toutpetitdoux ©. Je plaisante bien sûr. Pire, je me moque de vous, oui oui, mais c'est pas méchant. Non seulement je sais comment faire, mais les monopoles ont disparu depuis bien longtemps. Bref, désolé.

Hier donc, je discutais avec un ami parti en croisière avec sa femme dans un système stellaire dont le nom ne vous serait d'aucune utilité. Un message transmis à la vitesse de la lumière mettrait plus de quinze ans pour lui parvenir, et il aurait donc été peu probable que nous puissions communiquer par ce biais. Heureusement, à notre époque, nous savons utiliser le vaste réseau de télécommunication "instantané" qui nous préexistait, et qui n'a d'instantané que le nom et la théorie. En effet, même si l'information est bien transmise au moment même où elle est envoyée entre deux noeuds, pour les distances moyennes telles qu'une quinzaine d'années lumières le nombre de noeuds à parcourir est déjà suffisamment élevé pour que celle-ci mette bien cinq minutes à arriver à destination. Heureusement, le voyage temporel nous apporte une solution à ce délai inacceptable pour une communication sereine. Mais ça n'est pas de tout repos. Les ingénieurs nous ont promis prochainement d'automatiser le processus, mais pour l'instant il faut encore tout faire à la main. Ah oui, parce que j'ai oublié de vous dire. Le voyage dans le passé, c'est super, mais finalement, il ne permet pas tout ce qu'on en espérait. Par exemple, vous qui êtes encore si naïfs, vous vous dites que les ingénieurs dont je parle n'ont qu'à prendre leur temps, et nous apporter le produit dans le passé, afin que tout le monde en bénéficie déjà. Et en fait, c'est pratiquement ce qu'il se passe. Le pratiquement fait toute la différence. Suivez bien, tant que la machine n'a pas été inventée, alors il est impossible de la ramener dans le passé. Jusque là rien d'anormal. Dès qu'elle sera conçue, alors le service de l'équipement viendra nous l'installer dans le passé. Ce qui fait qu'à la seconde même où elle sera mise au point, je l'aurai, et tout le monde l'aura. Enfin, tout ceux qui le veulent, mais je suis déjà abonné aux mises à jour de l'équipement. Par contre, tant qu'elle n'est pas terminée, impossible de mettre la main sur la machine. En définitive, d'après ce que j'en sais, c'est comme s'il y avait un "temps absolu", à savoir que les hommes peuvent jouer autant qu'ils veulent à se balader en avant, en arrière, ou peu importe, ils peuvent même changer le passé tant qu'ils veulent, le présent absolu ne rejoindra ce passé modifié que lorsque les éléments nécessaires seront disponibles. Donc, tant que dans mon présent personne n'a inventé la machine, je ne peux pas l'avoir, même si je vais dans le futur la chercher. En la ramenant, je serai incapable de la faire fonctionner ici. Par contre, au milliardième de seconde où elle sera créée, je l'aurai, comme tant d'autre gens. Mes souvenirs n'en seront pas modifiés par ailleurs, puisque mon présent, absolu, ne rejoindra le passé "relatif" où j'ai toujours eu cette machine qu'au moment où elle sera inventée. Et donc, pour mon moi absolu, le seul à véritablement exister, il n'y aura qu'un équipement de l'appartement changera. C'est bon pour vous ?

Bref, pour communiquer avec mon ami, donc, nous sommes obligés de nous envoyer notre message dans le passé. Ainsi, dans le présent absolu, c'est comme une communication téléphonique. A savoir que dès que mon ami a enregistré sa réponse, il m'est possible de l'avoir entendue. Encore faut-il qu'elle me soit parvenue. Et c'est là que le système n'est pas encore tout à fait au point. Mon ami doit retourner dans le passé envoyer sa réponse pour que je puisse l'entendre en même temps qu'il la prononce et qu'elle devient "concrète" dans le temps absolu, mais assez brièvement pour être de retour lorsque je formule la suite de l'entretien. En pratique, et grâce à la technologie, il suffit d'une seconde ou deux, maximum, soit à peine le temps pour moi de réfléchir à ma réponse. Mais c'est quand même pas mal contraignant. Cela dit, j'y trouve un avantage certain avec certaines personnes, du genre de celles qui passent leur temps à vous interrompre sans écouter la fin de votre phrase par exemple. Puisqu'il leur faut enregistrer leur message et me l'envoyer dans le passé, ça me laisse généralement le temps de terminer ma phrase (de toutes façons, c'est un message enregistré, il ne s'arrête donc pas comme ça), et bien souvent la personne se ravise et continue calmement la discussion, sans intervenir perpétuellement pour ne rien dire. Finalement, c'est très similaire à vos messageries instantanées. Chaque message parvient en intégralité, sans interruption possible en cours de route, contrairement au téléphone qui permet bien plus d'interactivité. Sauf que là, le message est envoyé à des années lumières, et ça, c'est un réel progrès.

Mais je vois que j'en ai déjà beaucoup trop dit pour votre santé mentale, il faut que je me calme. Je continuerai le récit de ma journée d'hier la prochaine fois. De toutes façons, je me demande bien à quoi bon envoyer ce message dans le passé puisqu'il n'existera que lorsque j'aurai fini de l'envoyer, et donc, pour vous, dans un futur où vous n'existerez sans doute plus. A moins d'être très riche et de venir me rejoindre dans mon présent, mais sans savoir pourquoi vous le faites, puisque vous n'avez pas encore eu mon message ! Non c'est pas grave, laissez tomber.
Retour à l'accueil