Description :

Aujourd'hui et par la présente recette, nous allons tenter de lutter contre les restes de ce fléau des temps passés que sont les hippies. Ces vermines, non content d'infester vos villes et vos campagnes en organisant des cercles de percussions, représentent un véritable danger dans ce qu'ils pourraient servir d'exemple tentant à votre progéniture. Quoi de plus excitant que de ne rien faire en planant toute la journée pour un adolescent ? Mais quoi de plus redoutable pour leur avenir ? Alors, pour ne pas laisser grossir les rangs des loques Peace and Love, la recette du jour vous propose la solution la plus simple : le recyclage culinaire du hippie.
Attention, cette recette ne convient pas aux enfants, aux femmes enceintes et aux alcooliques qui tentent de s'en sortir.


Ingrédients et matériel nécessaire :

  • Un hippie en plein trip psychédélique, alcoolique de préférence, au rhum c'est encore mieux
  • De la pâte à baba
  • Aucun scrupule
  • Un ou des moules en couronne
  • Un four à 180° (et donc en demi cercle)
  • Quelques fruits en salade
  • De la crème chantilly
  • Du sucre


Préparation :

  1. Attacher le hippie sur un plan incliné et profiter de son délire pour le peler, le laver, et pratiquer sur son corps de multiples incisions. Préférer les dessous des poignets, la gorge, l'intérieur de la cuisse ainsi que toute partie du corps offrant une grande proximité entre canal sanguin et épiderme. Penser à recueillir le précieux liquide.
  2. Beurrer les moules en couronne et y verser la pâte à baba. Il faudra autant de moules que de convives, à moins de répéter la recette à partir de cette étape. Placer les moules et leur contenu dans le four à 180°C. Eviter les fours à 180°Sud-Sud-Est, qui ne présentent que très peu d'intérêt calorifère.
  3. Prélever quelques décilitres du sang de hippie, et y verser autant de sucre que la moitié du poids de liquide. Pour un litre de sang, ajouter donc 500 grammes de sucre environ. Si le liquide est froid, le faire réchauffer un peu dans une casserole. Dès qu'un mince fumet s'en dégage, cesser le réchauffage, afin d'éviter d'en perdre toutes les vertus hémophagiques.
  4. Sortir les babas du four au bout de 30 minutes, et les plonger littéralement dans la préparation sucrée. Les laisser s'y imbiber un moment.
  5. Présenter dans un bol, le coeur rempli de chantilly, baignant par le fond dans votre extrait de hippie alcoolique, et bordé d'un collier de fruits issus de votre salade.
  6. Apprécier en dessert avec des amis en racontant des blagues sur les hippies, sinon sur les blondes et les belges, ça marche toujours.


Vous venez de réussir pour la première fois la recette du baba cool au rhum ? Bravo ! Vous avez fait une bonne action, pour vous, pour vos enfants, vos amis, toute la communauté, et même, oserais-je dire, pour le hippie lui-même. Si si. Déjà, sa vie n'était pas franchement terrible, et il n'en avait même pas conscience. Et puis, vous lui avez permis de rejoindre Jah. Mais en plus, avec toutes ses conneries anti-consuméristes et pro-écologistes, le fait de l'avoir servi à dîner est devenu le summum en matière de fin de vie pour un hippie : non seulement son corps ne sera pas gaspillé, mais en plus cela vous aura évité d'acheter un gâteau ou autre dessert, et, l'acte d'achat étant réprouvé par la foi hippie, il s'agit donc d'une véritable consécration pour ce curieux personnage qui sèche désormais dans votre cave.
Vous êtes un spécialiste des préparations hippiphages ? N'hésitez pas à nous communiquer vos meilleures recettes afin que nous puissions aider nos lecteurs à utiliser les nombreux restes laissés par cette recette !
Vous êtes un hippie et cette recette vous inquiète ? Permettez-moi de vous faire remarquer qu'alors, vous êtes plus vraisemblablement mythomane que hippie. Tout d'abord, parce qu'un hippie ne sait pas lire, et ne pourrait donc pas prendre connaissance de cette recette. Ensuite, parce qu'un hippie, même assisté à la lecture, s'en foutrait royalement, étant défoncé de manière permanente. Et enfin, parce qu'un hippie ne s'inquiète pas. Sinon, il ne serait pas hippie, mais révolutionnaire. Mais je vous pardonne, par la grâce rastafari.
Retour à l'accueil