Tout d'abord, une petite mise au point. Cet article ne parle pas de perruques, c'est clair ? Bien, maintenant commençons. Quelle est la personne la plus généreuse de votre entourage ? Comment en tirer profit ? Si vous êtes un vrai charlatan, vous vous êtes déjà posé la question. Et si vous avez trouvé drôle de lire "Charles attend" dans votre tête là où il y avait marqué "charlatan", vous avez alors le talent nécessaire pour exceller dans le domaine d'aujourd'hui. Mais avant de poursuivre, répondons à nos deux questions. Normalement, pour peu d'en être doté, vous avez coché la case "Mamie". Non, ne cherchez pas la case, c'est une métaphormose. Votre grand-mère a toujours un petit quelque chose pour vous, et ne vous reproche jamais rien. N'est-ce pas merveilleux ? Reste alors notre deuxième question. Pour en tirer profit, il faut étudier votre aïeule. Ce qui marche, avec elle, ce sont les promesses. Son intérêt dans la vie, ce sont les croisières, les gadgets inutiles et les pièces de vaisselle. Oui, et les cakes aux fruits confits, vous avez raison. Donc, en théorie, si vous lui offrez du cake aux fruits confits et un gadget inutile en lui promettant une croisière si elle vous achète une pièce de vaisselle hors de prix, vous devriez vous en sortir avec un porte-monnaie bien garni. Le seul problème, avec votre mamie, c'est que vous la cotoyez tout le temps. Et si par malchance elle n'oublie pas votre promesse, elle risque de vous en vouloir. Ce serait trop triste ! Heureusement, il y a de par le monde une grande quantité de grand-mères qui ne sont pas dans votre généalogie.

La première étape sera donc le repérage. Il va vous falloir en trouver, des vieux. La technique est bien simple, et pratiquée depuis des générations d'arnaqueurs de profession. Pour cela, vous devrez vous munir d'un téléphone, d'un botin, et de patience. La tâche étant ingrate, vous pouvez la faire faire par quelqu'un d'autre que vous paierez au lance-pierre. On estime la page de botin parcourue à deux noisettes dans la gueule, avec une cacahuète en bonus toutes les dix pages terminées. Motivant à mort (et c'est bien là le problème). Sur une carte, repérez un village perdu dans lequel vous pourrez vous rendre facilement. Appelez chaque numéro des pages blanches correspondant à la localité, et contentez-vous de leur demander s'ils sont à la retraite. Si vraiment vous voulez paraître courtois, dites que c'est pour un sondage, mais ça n'est pas nécessaire. En effet, toute personne qui se plaindra pour ce simple appel risquerait de vous causer des ennuis par la suite. Dès lors, vous pouvez les insulter, et passer vos nerfs à vif après cette activité rébarbative. Par contre, notez tous les numéros de retraités se prenant au jeu du sondage sans poser de question. Ceux-ci se sentent probablement seuls, et seront heureux de venir se faire arnaquer.

Ce qui nous amène à notre deuxième étape, l'organisation. Tout d'abord, réservez une salle dans le village sélectionné. Puis, rappelez tous les numéros que vous aurez pris soin de noter. Faites parler les personnes, et fixez-leur rendez-vous, à la même heure que les autres, dans cette salle que vous avez réservée. Il y a des chances qu'on vous demande l'intérêt d'un tel déplacement. Alors là, ne lésignez pas, allez-y à la louche. Vous allez, tenez-vous bien, lui offrir un cadeau surprise, un repas, et lui donner une chance de gagner une croisière sur le Nil (ou le Danube, mais le Nil marche mieux d'habitude). Quelle classe, quel gentleman, comment pourrait-on refuser, quand en plus on passe ses journées tout seul ? Votre succès sera immédiat. N'hésitez pas à dire à votre interlocuteur que vous l'attendrez personnellement, afin qu'il pense que son absence sera remarquée. Bien entendu, ne lui dites pas que vous allez essayer de lui refourguer une assiette chinoise au rabais pour une somme modiquement excessive en la faisant passer pour l'assiette de Louis 14-18. Non mais je préfère préciser, au cas où il y ait un honnête homme parmi vous qui n'ait pas encore compris que le but, c'était de tromper l'ennemi pour lui soutirer son pognon.  Bob l'Eponge, quitte cette page immédiatement. Flanders aussi, dehors, allez. Cartman, toi, tu restes. Spéciale dédicasse.

Bien, nous voici maintenant à la troisième et dernière étape, le grand jeu, le prestige, la cerise dans l'anus, la tache sur la braguette, les dents sur la baguette, bref, le finish style old-school à confusion en embuscade. Entrainez-vous à sortir tout un tas de termes à la con comme ça, en faisant de grands gestes. Ca n'a aucun intérêt, mais ça en jette, on doit avoir l'impression que vous êtes submergé par l'émotion, que vous êtes passionné par ce dont vous parlez, que vous présentiez la météo ou un sac plastique dernier cri* importe peu. Notre dernière étape, donc, c'est la réception. A l'heure prévue, en fin de matinée de préférence, attendez que vos retraités s'amassent devant l'adresse indiquée. Puis, faites-les entrer. Enfin, lorsque la plupart sont là, excepté deux ou trois décès de dernière minute, commencez votre spectacle. Vous allez devoir parler de tout et de n'importe quoi, avec humour, pendant plusieurs heures. Votre objectif est simple. Affamer le vieux tout en le perdant totalement dans vos délires, en lui rappelant sans cesse qu'il aura son cadeau à la sortie. De temps en temps, faites passer des parts de cake aux fruits confis dans les rangs, avec des verres de jus d'orange premier prix acheté en gros. Ce qui constitue le repas que vous aviez promis. Néanmoins, si la somme d'argent que vous comptez escroquer aux vieux est élevée, disons plus de deux mille €uros chacun, prévoyez plutôt des flutes de champagne et des canapés de saumon et foie gras. Pourquoi ? Parce que chaque retraité dispose d'un coefficient multiplicateur limite au delà duquel il ne paiera pas. En gros, il faut que la qualité du repas servi à chacun soit égale au dixième du prix que vous demandez de l'objet, qui, de toutes façons, ne vaut rien. Et ne sert pas plus d'ailleurs, mais c'est une autre histoire. Rappelez constamment que pour chaque achat, c'est une chance de plus de gagner cette formidable croisière, dont vous pouvez montrer les billets, puisqu'elle existe réellement. Evitez de dire que c'est vous qui partirez, et tout ira bien. Enfin, ne tarissez pas d'éloge sur la pièce de vaisselle que vous vendez. Et plus c'est invraisemblable, plus ça sera cru. Par exemple, si vous avez acheté les assiettes au supermarché du coin, n'attendez pas que quelqu'un les reconnaissent, et attaquez le premier : "Vous êtes sans doute déjà allé au supermarché à côté. Et vous aurez probablement remarqué des assiettes similaires à celle-ci. Et bien permettez-moi de vous dire que nous sommes en procès avec cette chaîne de magasin. Oui Madame, ces gens sont malhonnêtes, ils ont plagié nos pièces de collection pour en faire de pauvre assiettes bas de gamme. Mais notre vaisselle, à nous, est un trésor, un véritable trésor. La preuve, nous vous fournissons même un certificat d'authenticité avec, pour vous dire à quel point c'est précieux. Une assiette comme ça, ça ne se rencontre pas deux fois dans une vie, surtout pour ce prix là. La moitié de sa valeur Madame, parfaitement." Etc...

Normalement, au bout d'une demi-douzaine d'heure, vous devriez avoir récolté plusieurs chèques qui rembourserons tous vos frais avec une plus-value de coefficient cinq minimum. Récompensez tous les retraités étant restés jusqu'à la fin de votre spectacle avec un stylo (le fameux cadeau surprise d'une valeur inestimable, forcément, tellement elle est basse). Puis, il ne vous reste plus qu'à plier bagage, avec moults sourires, tant que vos clients sont encore abasourdis par votre prestation. Enfin, fuyez, aussi vite que possible, et touchez les chèques tant qu'il en est encore temps. Il vous faudra donc faire en sorte de terminer avant que votre banque ferme, ou y aller le lendemain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne. Et puis, pour être tout à fait honnête, même si vous ne le faites pas, vous avez au moins la garantie d'en avoir pour votre argent, étant donné que lorsqu'ils se rendront compte de l'ampleur de l'arnaque qu'ils ont subi, la moitié de vos clients partiront dans un monde meilleur. Il n'y aura alors plus personne pour réclamer justice, remboursement, et autres utopies.

Si vous avez un soucis dans la réalisation de cette formidable opportunité financière, n'hésitez pas à me contacter, et je vous donnerai des cours (de toutes façons, c'est pas bien long). De même si le matériel vous manque, ou les cakes aux fruits confits, j'en ai justement à revendre. Et puis on pourra s'arranger, entre amis.
Je prends vingt pourcents minimum sur le prix de vente.




* Technique de meurtre à l'étouffée bien connue des assassaucissons, bourreaux cannibales des temps modernes, bouchers charcutiers traiteurs de gros porcs fachos et autres délicatesses bien nobles, et bien grasses. Bah quoi ? Ca va, c'est qu'un astérisque, c'est pas comme si c'était dans l'article, je peux me permettre d'être grossier et pas drôle.
Retour à l'accueil