Vous êtes-vous déjà demandé ce que signifiait le terme de « tueur en série » ? M'en vais vous l'expliquer. A l'origine, ce n'est rien d'autre que de l'étymologie. Non, ne fuyez pas, c'est un mot bien compliqué, il est vrai, mais pour une notion très simple en définitive. Tout d'abord, nous avons le mot « tueur ». On pourrait éventuellement y trouver une trace lexicale commune avec le mot « tumeur », composé du français « tu » et du français, encore, « meurs », tu meurs, tout le monde sait ça. Mais en fait, et bien que certains linguistes s'en contentent, ce n'est pas du tout correct. Non, la seconde partie du mot vient en fait du mot « heurt », comme heurter. D'ailleurs, ne dit-on pas que le tueur au puzzle a encore frappé ? Si ça c'est pas de la preuve de première catégorie...
Poursuivons. Pas le tueur, non l'analyse, c'est bien moins risqué. Ensuite, donc, nous avons le mot « en », comme dans j'arrive en voiture, je me suis retrouvé en chaussettes, ou encore je me suis bien fait en filet. Il indique le moyen ou la manière.
Enfin, quel est le propre du tueur en série ? Si vous avez répondu « d'être totalement détaché de ses victimes, qu'il égorge avec joie et convivialité, avant de passer à la suivante », c'est très bien. Lui, le vilain, n'est même pas toujours conscient que c'est pas beau de faire mal aux gens. C'est seulement sa façon à lui de s'amuser, on a tous le droit de s'amuser non ? Bref, le gars se marre à la vue du sang. Il se rit de tout ça. Voyez vous, n'est-ce pas, la vanne foireuse se radiner piteusement ?
Et j'en viens donc à ma conclusion, cette farce ayant déjà bien assez duré, le tu heurt en sé rit. Voilà. C'est de pire en pire, je sais, ça doit être la tisane. Demain j'arrête. Ah oui, au fait...
Désolé.
Retour à l'accueil